Le PepTalk : Est-ce que vous livrez ?

Dans mon PepTalk de ce mois-ci, je vous partage une anecdote vécue récemment avec une cliente et en profite pour vous encourager à vous questionner : est-ce que vous livrez ?

La cliente en question, ça fait plusieurs fois qu’elle m’engage dans les 4-5 dernières années. La dernière fois qu’on s’est vus, elle m’a dit « Toi, Guy, on t’engage souvent parce que tu livres! »

Évidemment, ce qu’on doit comprendre par « tu livres », c’est que je dépasse les attentes.

En savoir plus

Le PepTalk : Avoir des projets, une source inépuisable de bonne humeur et de motivation

Dans mon PepTalk de ce mois-ci, je vous parle de l’importance d’avoir des projets.

Le mois d’août, un peu comme le mois de janvier, rime souvent avec « revoir nos projets », que ce soit personnel ou professionnel.

D’ailleurs, je reçois beaucoup de courriels à cet effet-là. Les gens me demandent des conseils puisqu’ils veulent réaliser de nouveaux projets.

Honnêtement, c’est une bonne chose que les gens aient des projets.

En savoir plus

Le PepTalk : Êtes-vous excellent ?

Dans mon PepTalk de ce mois-ci, je veux vous parler du concept de l’excellence.

Vous avez peut-être déjà entendu ça. On dit que, pour être excellent dans une activité, dans une discipline quelconque ou au travail, ça prend environ 10 000 heures de pratique.

Donc, quelqu’un qui veut devenir très bon au golf, pour atteindre 10 000 heures de golf, ça prend plusieurs années parce qu’en général, on ne pratique pas 2 000 heures par année. C’est la même chose pour apprendre à jouer du piano, à parler une nouvelle langue, etc.

En savoir plus

Le PepTalk : La fois où j’étais à la mauvaise place au bon moment

Je poursuis ma série de PepTalk en vous racontant des faits vécus, évidemment dans le but d’en faire ressortir un petit enseignement. Ce mois-ci, je vous partage la fois où j’étais à la mauvaise place au bon moment.

Habituellement je vous partage mes bons coups, mais cette fois-ci, j’en vous raconte un moins bon.

Il y a une dizaine d’années, je sollicite Cascades, la grande multinationale québécoise, et j’obtiens un rendez-vous pour aller leur présenter ce que je pouvais faire comme conférences et formations.

En savoir plus

Le PepTalk : Le client au-dessus de ses affaires

Je poursuis ma série de PepTalk en vous racontant des petits faits vécus, évidemment dans le but d’en faire ressortir un petit enseignement. Ce mois-ci, je vous partage l’histoire du client au-dessus de ses affaires.

Revenons en arrière, en 1992. Je viens de vendre ma compagnie de distribution alimentaire et je m’apprête à vendre des conférences de motivation et de la formation pour les gestionnaires. Comme il n’y avait pas Internet dans ce temps-là, pour trouver des clients, je regarde dans les journaux chaque fin de semaine, dans la section Carrières et Professions, les publicités que les entreprises affichent pour recruter des vendeurs. Je me dis que s’ils recrutent des vendeurs, c’est qu’ils en ont.

Je commence donc à appeler ces entreprises-là.

J’obtiens enfin un rendez-vous avec une entreprise dans le monde alimentaire que je ne nommerai pas.

Je me rends à ce rendez-vous et lorsque j’arrive dans le bureau du gestionnaire qui semble mesurer sensiblement la même taille que moi, pas très grand, je remarque que son bureau est surélevé sur une petite marche d’environ 8-10 pouces, ce qui fait qu’il est plus haut. Évidemment, je m’installe à la chaise face à lui et me retrouve donc plus bas que lui.

C’était bien sûr une stratégie pour se montrer plus important et pour influencer l’attitude de l’autre, autant lorsqu’il rencontre des représentants que des employés.

Je suis un peu impressionné au début, pour quelques secondes, mais je lui fais un compliment : « Félicitations pour votre entreprise! ». Je relate quelques informations que j’avais prises dans des journaux d’affaires ici et là. Et tout de suite, il me remercie en disant que c’est rare que les représentants viennent voir les gestionnaires en démontrant qu’ils ont fait leurs recherches et connaissent l’entreprise. Il me montre ensuite fièrement différents magazines dans lesquels ils ont fait la une.

Tout ça a pris un petit 10-15 minutes et ça m’a permis d’atténuer le sentiment négatif que j’avais d’abord eu en arrivant dans le bureau.

Ensuite, j’ai fait mon analyse de besoins et mon pitch de vente!

Et, vous l’aurez deviné, j’ai eu le mandat.

Tout ça pour dire que, même si parfois le client semble au-dessus de ses affaires et tente de vous intimider, le bon truc pour vous en sortir est de le complimenter! Faire un compliment permet d’inverser la situation. Ça met le client en mode « dette psychologique ». Il vous en doit une! Il aura tendance à vous remercier et à changer son attitude envers vous.

Et cette méthode a fonctionné pour moi à plusieurs reprises. À vous de l’essayer maintenant!

Sur ce, bon succès!

Le PepTalk : Histoire d’intimidation

Je poursuis ma série de PepTalk en vous racontant des petits faits vécus, évidemment dans le but d’en faire ressortir un petit enseignement. Ce mois-ci, l’histoire que je vous partage en est une d’intimidation.

Il y a 25 ans, je me rappelle avoir pris rendez-vous avec la directrice marketing d’un important groupe de médias que je ne nommerai pas.

Je me rends donc à ce rendez-vous au Centre-Ville de Montréal, dans une grande tour à bureaux. Je demande à rencontrer la dame en question et on me dit :

« Oui, elle vous attend dans la salle de conférence ».

En savoir plus

Le PepTalk : La fois où j’ai failli annuler…

Je poursuis ma série de PepTalk sur la route en vous partageant des petits faits vécus, évidemment dans le but d’en faire ressortir un petit enseignement. Ce mois-ci, je vous raconte la fois où j’ai failli annuler.

Il y a plusieurs années, je faisais des formations publiques en présentiel. Des formations sur la vente, sur la gestion d’équipe, sur la gestion des priorités, etc. Je louais des salles, à Montréal, à Québec, à Laval, j’en faisais la publicité dans des journaux d’affaires et les gens s’inscrivaient aux formations. Les participants étaient donc généralement des gens que je ne connaissais pas, qui provenaient de diverses entreprises, organisations et associations.

En savoir plus

Le PepTalk : Histoire de ténacité

Aujourd’hui et dans mes prochaines communications, je vais vous raconter des anecdotes, des histoires que j’ai vécues par rapport à des rencontres ou des tentatives de rencontres avec des clients et des mandats que j’ai développés. Alors, allons-y d’une première. Cette histoire en est une de ténacité.

Il y a quelques années, je souhaitais faire affaires avec une importante chaîne de magasins, dans le commerce de détail, qui comptait plus de 500 représentants des ventes. Je les ai approchés une première fois et j’ai obtenu le nom du vice-président des ventes.

En savoir plus

30 ans déjà!

Pour mon tout premier PepTalk de l’année, je vous propose une édition spéciale. Pourquoi? Parce que 2022 marque le 30e anniversaire de Formax Formation Motivation Inc. 30 ans déjà!

Eh oui, c’est en 1992 que j’ai commencé à faire de la formation professionnelle, c’est-à-dire que j’ai commencé à gagner ma vie à faire ça.

Vous savez, on n’arrive pas à en décider de faire des conférences sans qu’il y n’y ait des antécédents qui nous amènent à ça.

Donc pour ce 30e anniversaire, je vous offre un petit retour en arrière dans le but, peut-être, d’inspirer des gens à se dépasser, à aller plus loin et à réaliser leur rêve.

En savoir plus

Le PepTalk : Êtes-vous toujours dans le jus ?

À la demande de l’un de mes lecteurs, je vous parle ce mois-ci d’une phrase utilisée par plusieurs : « Je suis dans le jus ».

Il me disait que certains membres de son équipe mentionnent régulièrement être dans le jus lorsqu’on leur demande de réaliser certaines tâches, alors qu’ils prennent 1h30 pour dîner, font de courtes journées au bureau et que leurs ventes n’augmentent pas.

Il n’y a pas que les vendeurs qui disent ça. Beaucoup de personnes vont dire : « Je n’ai pas le temps, je suis dans le jus », « Je n’ai pas eu le temps de finir, je suis trop occupé », etc. Même avec la parenté dans le temps des fêtes, on se dit qu’on n’a pas le temps de se voir…

En savoir plus